L’eau au Ministre

Il existe encore des endroits en campagne française qui n’ont pas accès au réseau d’eau. Ce sont généralement des lieux loin du passage des canalisations et dont le coût de raccordement est prohibitif. C’est le cas du Ministre. Depuis toujours l’eau a été une préoccupation importante, surtout à l’époque où il y avait des animaux, le puit ne suffisant en effet pas à passer toute la saison. C’est une des raisons pour laquelle il y avait deux réservoirs d’eau au Ministre : un qui servait de cuve de récupération des eaux de pluies et une alimentée par une pompe qui faisait passer l’eau du réservoir d’eau de pluie à celle d’eau de consommation courante et qui desservait l’eau dans la maison par simple gravité.

L’eau qui arrive au Ministre est une eau agricole. Elle a donc à son arrivée trois problèmes : 1. Elle n’est pas potable ; 2. Elle est parfois boueuse ; 3. Elle est parfois coupée en été. Pour ce qui est du premier problème, pendant longtemps il était nécessaire de se munir de bouteilles d’eau pour la consommation courante et d’aller chercher des jerricans d’eau pour la vaisselle à la fontaine du village.

La potabilisation de l’eau

Mais le XXIème siècle est passé par là et il y a trois ans maintenant, le Ministre a été équipé d’une centrale de purification d’eau qui garantit sa potabilité.

Cependant, l’année de sa mise en service. La qualité de l’eau à l’arrivée était vraiment mauvaise, pleine de boue. Impossible de la boire, elle restait marron au robinet. Sans compter les douches et bains… pas franchement terrible ! Il a donc fallu passer à la seconde phase répondant aux deuxièmes et troisièmes problèmes : la remise en état de la cuve de récupération d’eau de pluie. En décantant les boues restent au fond et en installant une pompe immergée, l’eau peut être transmise à la maison.

Le stockage de l’eau

Les résidents du Ministre ont d’abord installé un filtre à sable autonettoyant avant la pompe qui désert nos maisons. Moins de boue à l’arrivée. Ensuite, l’eau qui arrive à la maison passe par un premier étage de filtrage (ci-dessus) qui enlève les particules les plus grosses. Ce tamis métallique est nettoyé manuellement deux ou trois fois par saison pour éviter son calfatage. L’eau aliment ensuite la cuve de 15 mètres cubes.

Le filtrage et la mise sous pression de l’eau

Là, elle va pourvoir décanter avant le dernier filtrage. Elle est aspirée par une pompe immergée et envoyée dans un filtre micrométrique de qualité potable, avant d’être mise sous pression et distribuée dans la maison et dans la centrale à potabilisation.

Voilà comment maintenant :

  1. L’eau est distribuée potable dans la cuisine
  2. Elle est claire en toute saison
  3. Elle est disponible en toute saison, même en cas de coupure
  4. Elle est sous pression pour pouvoir apprécier une bonne douche.

Voilà comment, avec la technologie du XXIème siècle, on arrive à faire d’une maison à la campagne, une maison confortable et autonome en eau potable. Prochaine étape, la remise en état du puit et de sa pompe pour l’arrosage du jardin.

On vous attend au Ministre !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.